1 cadeau offert avec le code promo LECTURE19

  • Compte
  • Panier

Cahier Croire La folie

Une étrange sagesse

Un Cahier sur la folie ? Quelle idée… folle. Comment aborder ce thème aux multiples facettes, qui recouvre une telle diversité de comportements ? Et puis, la Bible parle-t-elle de folie ? La folie de la Croix de l’apôtre Paul a-t-elle quelque chose à voir avec la maladie mentale ? En savoir plus

Votre avis nous intéresse

10,00 €

Un Cahier sur la folie ? Quelle idée… folle. Comment aborder ce thème aux multiples facettes, qui recouvre une telle diversité de comportements ? Et puis, la Bible parle-t-elle de folie ? La folie de la Croix de l’apôtre Paul a-t-elle quelque chose à voir avec la maladie mentale ? Et quoi de commun entre ces « fous » de Dieu chers à la tradition orthodoxe et nos bipolaires ? La maladie psychique est triste, pesante, souvent incommunicable. L’exemple même de la maladie dont on ne veut pas parler. Dans le mot « folie » il y avait donc tout cela, qu’il fallait aborder, revisiter, y compris cette sagesse dont nous parle abondamment le livre des Proverbes, et qui est un antidote à la folie. Car la folie dans les écrits bibliques, c’est ne pas écouter Dieu, ne pas suivre ses conseils et sa volonté... Rien à voir avec la paranoïa. Il aura fallu toute une réflexion pour découvrir que finalement il y a dans la « folie » une dimension humaine et spirituelle que l’on ne retrouve pas toujours chez les personnes

 « sensées ». Pour aimer comme Dieu aime, il faut être fou. Pour agir comme Dieu agit, il faut être fou. Pour croire comme Dieu nous y invite, il faut être fou. Voilà pourquoi, peut-être, les délires de nos « fous » sont souvent pleins de poésie, de liberté et d’intelligence spirituelle… Et comment ne pas terminer par cette belle exhortation à la folie du père dominicain Louis-Joseph Lebret (1897-1966) qui rédigea pour Paul VI l’essentiel de l’encyclique Populorum progressio : « Ô Dieu, envoie-nous des fous, qui s’engagent à fond, qui oublient, qui aiment autrement qu’en paroles, qui se donnent pour de vrai et jusqu’au bout. Il nous faut des fous, des déraisonnables, des passionnés, capables de sauter dans l’insécurité. Il nous faut des fous du présent, épris de

vie simple, amants de la paix, purs de compromission, décidés à ne jamais trahir, méprisant leur propre vie, capables d’accepter n’importe quelle tâche, de partir n’importe où. Ô Dieu, envoie-nous des fous ! Ainsi soit-il.»

Votre avis nous intéresse