• Compte
  • Panier

Cahier Croire Transmettre

Semer l'avenir

Donner, recevoir, redonner, la transmission est au cœur de notre humanité. Nous sommes tous des héritiers et nous avons à notre tour un héritage à transmettre, des biens matériels mais aussi des valeurs, une vision du monde, un art de vivre. En savoir plus

Votre avis nous intéresse

10,00 €

Donner, recevoir, redonner, la transmission est au cœur de notre humanité. Nous sommes tous des héritiers et nous avons à notre tour un héritage à transmettre, des biens matériels mais aussi des valeurs, une vision du monde, un art de vivre. Or, beaucoup aujourd’hui se plaignent d’une forme de disparition de ce processus immémorial. Le proverbe arabe « L’homme ressemble plus à son époque qu’à son père » n’ont jamais paru autant d’actualité. Et il n’y a pas d’institution qui ne s’étonne de cette difficulté à transmettre ce qui l’anime. L’Église ne fait pas exception, qui assiste, parfois impuissante, à la déchristianisation rapide de la jeunesse.

Nous n’avons pas voulu, pour ce Cahier croire, revenir sur les raisons de ces multiples ruptures générationnelles.

Elles sont bien connues. En revanche, il nous a semblé utile de rappeler que l’Église a dans ce domaine des ressources inattendues et des exemples à suivre. Souvent nous nous arc-boutons sur le contenu à transmettre (ah ! ces maisons familiales, ces « valeurs » auxquelles nous nous accrochons...) en oubliant que le plus important, c’est le lien qui se forge entre les êtres, c’est ce qui se joue entre celui qui donne et celui qui reçoit. On ne transmet que ce qu’on a vécu pleinement soi-même. « Toi-même, sois un modèle par ta façon de bien agir, par

un enseignement sans défaut et digne de respect. » Cette exhortation de Paulà son disciple Tite pourrait résumer àelle seule la bonne façon de transmettre.Elle a pour base la confiance, l’affectionet suscite l’imitation.Mais ce n’est pas tout. Il y a dansl’Église une faculté étonnante de serenouveler et de s’adapter : transmettren’est pas rester figé, c’est n’être « un obstacle pour personne », dit encorePaul. Peut-être alors peut-on puiser àcette expérience qui, bon an, mal an,porte encore du fruit, malgré tous lesaléas d’un monde en pleine effervescence.

Peut-on encore transmettre ? Oui, certes, à condition de ne pas vouloir transmettre du « même ». C’est à ce prix que l’on transmettra du vivant.

Votre avis nous intéresse